1965 – La Cité des Courses

capture-decran-2016-09-30-a-16-03-55

Au début des années 60, la problématique du logement est importante à l’université. Les 400 places de la cité Heger ne suffisent plus. Comme nous l’avons vu dans un précédent article, il est, un temps, question de prolonger cette cité et d’y construire trois grandes tours. Ce projet, heureusement diront certains, ne verra finalement pas le jour.

capture-decran-2016-09-30-a-16-01-35

En 1964, une aubaine se présente : un terrain de 35 mètres de long est mis en vente à deux pas du campus, Avenue des Courses. La première pierre de la cité est posée à peine quatre mois plus tard, le premier octobre 1964.

La Cité sera réservée aux filles, et bénéficiera d’un confort inhabituel pour l’époque : eau à chaque étage, salles de douches individuelles, salles de télévision, etc. Il faudra attendre 1975 pour que les garçons soient eux aussi acceptés.

A peine un an après le début de sa construction, la Cité est inaugurée le 26 octobre 1965. Rapidement, le manque de lits se fait à nouveau sentir sur le campus. C’est cela qui poussera bientôt l’université à construire de nouveaux logements, notamment sur l’Avenue Depage et sur le campus de la Plaine.

En 2013, la résidence est entièrement rénovée, intérieur et extérieur. Elle rouvre alors sous le nom de Résidence Nelson Mandela.

Le site Que Vive La Guindaille a retrouvé un petit fascicule réalisé à l’époque de l’inauguration de la Cité. Nous le reproduisons ici afin de vous permettre un petit tour du propriétaire comme si vous y étiez, il y a près de cinquante ans.

cite_filles-000cite_filles-001cite_filles-002cite_filles-003cite_filles-004cite_filles-005cite_filles-006cite_filles-007cite_filles-008cite_filles-009cite_filles-010cite_filles-011cite_filles-013

Source : Que Vive La Guindaille; Gillet, J-P., Les sept fontaines de la sagesse, Les épreonniers, Bruxelles, 1992

Publicités

Le bâtiment préféré des internautes

Vous avez été des centaines à participer à la deuxième édition de l’élection du plus beau bâtiment du Solbosch. Il y a deux ans, le trio de tête était composé du A, du K et du R42. Est-ce encore le cas cette année? Voici les résultats :

1. Le bâtiment A

ulbsolbosch

2. Le bâtiment NB

bib145

3. Le bâtiment R42

new-building629

4. Le bâtiment R39/41

10516062_0039_p02-2

5. Le bâtiment K

1

6. Le bâtiment H

ulb_batiment_h_1970_2

7. Le bâtiment R52

1705625127_b975427464z-1_20150430122650_000_gc74dt1jt-3-0

8. Le bâtiment NA

capture-decran-2016-09-18-a-12-57-37

9. Le bâtiment C

1271174450b

10. Le bâtiment R17/19

capture-decran-2016-09-18-a-13-00-04

Les résultats détaillés :

capture-decran-2016-09-18-a-12-42-44

1970 – Les étudiants contre les colonels grecs

Capture d’écran 2016-09-30 à 14.12.02.pngLe 20 avril 1970, une réception en célébrant les trois ans du coup d’état militaire des colonels grecs était organisée au Cercle des Nations, situé Avenue Roosevelt, face au campus.

Parallèlement, de nombreuses actions de contestation ont eu lieu sur le campus. Les Cahiers du Libre Examen nous permettent de revenir, en photos, sur ces évènements.

scan0110scan0109scan0100scan0103-copiescan0103scan0101scan0099

Les évènements ont largement été commentés par la presse de l’époque. Quelques éléments :

 

Finalement, après une semaine d’affrontements, la situation se calme et une manifestation pacifique réuni 3000 personnes. Le quotidien Le Peuple conclu alors sur cette affaire :

capture-decran-2016-09-30-a-14-11-26

Source : Cahiers du Libre Examen, XXIVè, Cahier 1, 1971-1972, La Dernière Heure, Le Peuple

1994 – L’Avenue Héger devient piétonne

283781_259755754124325_813456650_n

L’Avenue Héger, centrale et alors rectiligne, est longtemps restée une voirie communale

Nous vous parlions dans un précédent article de l’importance de l’année 1994 pour le campus tel que nous le connaissons aujourd’hui. Nous vous parlions brièvement de la piétonnisation de l’Avenue Paul Héger. Dans cet article, nous reviendrons plus en détail sur cette artère centrale du campus du Solbosch.

532587_264699496963284_2145723883_n1-2

L’avenue est longtemps restée une voirie communale. Si cela ne posait pas de problème jusque dans les années 60, durant lesquelles elle constituait un lieu d’échanges et de rencontres, le boom de l’automobile durant les années 80 et 90 a changé la donne. La question du stationnement s’est en effet posée, l’avenue devenant un véritable parking à ciel ouvert. Au début des années 90, il fut donc décidé de piétonnier l’endroit.

Il fallait néanmoins conserver suffisamment de places de stationnement sur le campus. La solution retenue fut donc de construire un grand parking à la place du terrain de football, près de l’auditoire Janson.

C’est finalement en 1994, en même temps que la bibliothèque des sciences humaines, que fut inaugurée la nouvelle Avenue Paul héger.

De nombreux éléments du passé furent néanmoins conservé. Ainsi, par exemple, les bancs situés à proximité de la bibliothèque sont constitués de planches en bois reposant sur d’anciennes pierres constituant les trottoirs par le passé.

img_1853

Aujourd’hui, l’Avenue Héger a retrouvé son rôle de lieu central du campus, de lieu d’échanges et de rencontres.

o

Source: A PLUS; n° 136, 5/1995 October-November, pp. 58-59

2012 – Incendie au Solbosch

110084512_id7507229_ulb1_144945_h3qeaq_0

En 2012, la cité Héger est restaurée. Les toits du restaurant, notamment, sont changés. C’est dans ce contexte que, le 20 mars, un incendie se déclenche.

Rapidement, de nombreux secours se massent sur place pour réduire les risques au plus vite.

Finalement, plus de peur que de mal. Les dégâts seront très limités et personne ne sera blessé. Pas de comparaison donc avec le grand incendie de 1971 qui avait totalement ravagé un étage complet du bâtiment U.

1934 : La Cité Heger, actuel bâtiment F1, est construite

capture-decran-2016-09-07-a-15-08-49

532587_264699496963284_2145723883_n

Lieu central de la vie universitaire actuellement, avec ses commerces, restaurants, salles de spectacle et d’expositions, logements, etc., le bâtiment F1 est l’un des plus anciens du campus. Il fut dessiné par l’architecte Alexis Dumont. Construit en 1934, il rejoignait les bâtiments U et A, plus anciens -ainsi que la villa Capouillet, encore non rachetée par l’ULB-.

Voici ce que Iris monument en dit: « Mettant en pratique principes et formes modernistes, la cité, subtilement asymétrique, s’étirait comme un paquebot le long de l’avenue Paul Héger. Elle devait accueillir au départ 52 chambres pour étudiantes, 108 pour étudiants et un restaurant de 150 places. »

Cette photo, prise quelques années plus tard, permet de voir la situation du bâtiment, au centre:283781_259755754124325_813456650_n

Le bâtiment, devant initialement être prêt pour octobre 1934, sera finalement inauguré le 25 mai 1935, en même temps que le terrain de football et les courts de tennis qui le longent.

 Le Peuple, 28 mai 1933

Voici la vue d’une chambre d’étudiant à l’époque. Par la fenêtre, on aperçoit l’endroit où se trouve désormais la bibliothèque, ouverte en 1995.

426120_259755627457671_1145266763_n

LE SAVIEZ-VOUS? Si les chambres sont réparties en deux ailes séparées l’une de l’autre (on ne peut passer de l’une à l’autre sans quitter le bâtiment), c’est parce qu’à l’origine, il y avait une aile réservée aux filles et une aile réservée aux garçons!

En 1950, la partie centrale du bâtiment (l’actuelle entrée principale côté Avenue Heger) est rehaussée et perd son escalier monumental (que vous pouvez voir sur la photo de gauche):

En 1959, il fut question de le prolonger par 3 grandes tours, comme vous pouvez le voir sur cette image. Le projet n’aboutira pas et le bâtiment H sera finalement construit à la place.

487352_264199213679979_1034900493_n

capture-decran-2016-09-30-a-16-01-35

En 1970, une annexe au Foyer est construite. Située le iong de l’avenue Heger, elle accueillera le restaurant universitaire (actuel Chez Theo).

1004089_390594081040491_11613069_n-2

En parlant du restaurant, voici (à gauche) ce qui fut son entrée pendant de nombreuses années, ainsi qu’une vue de son intérieur (au centre), et une vue de l’actuel Campouce dans les années 80 (à droite).

 Suite à cela, le bâtiment restera inchangé de longues années durant. Au début des années 2000, un profond réaménagement du rez-de-chaussée aura, néanmoins, lieu afin d’accueillir de nombreux commerces, tels des snacks, une banque, une librairie, une agence de voyage, etc.

En 2012, le restaurant principal est rénové, aussi bien en intérieur qu’en extérieur. La façade reçoit donc ses nouvelles couleurs, toujours d’actualité aujourd’hui.

563076_275733705859863_1548049751_n

Enfin, la dernière évolution du bâtiment date de 2013. L’ancienne terrasse du foyer culturel est remplacée par une terrasse plus moderne.

941916_368710379895528_140707216_n

En plus de 80 ans, ce sont donc des générations d’étudiants qui ont traversé ce bâtiments, que ce soit pour y passer un peu de bon temps ou pour y dormir…