Le saviez-vous ?

A travers les recherches menées pour enrichir ce blog, nous sommes tombé sur de nombreuses anecdotes concernant le campus. Nous avons donc décidé de les centraliser ici. Cette rubrique est donc appelée à se développer sans cesse. N’hésitez donc pas à revenir régulièrement !

  • Rez-de-chaussée ou deuxième étage ?

L’une des questions qui revient le plus souvent à toute personne se trouvant sur le campus est : pourquoi le deuxième étage se trouve-t-il le plus souvent au rez-de-chaussée?

En réalité, il semble que cela soit pour des raisons de sécurité ! En effet, en cas d’urgence nécessitant une intervention, il est nécessaire de pouvoir expliquer avec précision le lieu où se rendre, or, sur le campus, de nombreux bâtiments ont été bâtis sur des terrains en pente, avec plusieurs entrées situées à des niveaux différents. Le bâtiment S, par exemple, possède une entrée Avenue Jeanne et une entrée deux étages plus haut, côté campus. Le bâtiment U, lui, possède une entrée Avenue Héger, et une autre plus haut au Square Groupe G. D’autres exemples existent, comme le H, le Janson, le R42, etc.

Dans ces circonstances, donc, il était nécessaire de trouver une numérotation cohérente des étages. Parmi plusieurs possibilités, il fut décidé que, pour l’ensemble des bâtiments du campus, l’étage 1 serait l’étage le plus bas auquel le public a accès. S’agissant souvent en réalité d’un sous-sol, le rez-de-chaussée se trouve donc la plupart du temps au « deuxième étage ». Cela n’est cependant pas toujours le cas : le H, par exemple, possède une entrée au niveau 1, de même que le U.

Deux bâtiments font cependant exception : l’accès aux étages inférieurs au 1 est possible dans le bâtiment D, et l’étage 1 est inaccessible au public dans le bâtiment NB.

  • Un pilier au centre des pelouses ?

ndafekzchihlzl9mnaz7c4xxxl4j3hpexhjnof_p3ymrypkwj94qgrtdb3sbc6ky

Un étrange pilier se trouve au milieu de la pelouse du bâtiment A. Si certains étudiants le prennent en photo, s’appuie dessus, etc., peu savent ce qu’il fait là. En réalité, il s’agit d’un hommage à l’ancien campus, Rue des Sols. Il s’agit, en effet, d’un des rares vestiges des anciens bâtiments de l’université. Ce pilier se trouvait, avec un autre, autour de l’entrée principale (voir photo).

capture-decran-2016-09-17-a-20-00-26

  • Deux ailes, deux entrées

Les résidents de la cité Héger se demandent parfois pourquoi pourquoi deux entrées distinctes existent pour les deux ailes, plutôt que de pouvoir passer de l’une à l’autre sans devoir sortir. Il s’agit en fait du vestige de l’époques où la mixité n’était pas la norme. Garçons et filles avaient donc chacun leur propre aile, et pour éviter toute tentation, deux portes distinctes furent installées.

  • Des bancs recyclés

Ils accueillent des centaines d’étudiants chaque jour, et pourtant peu sont au courant de leur origine. Les bancs de l’Avenue Héger sont, en fait, constitués de pierres recyclées. Pour les construire, des planches en bois ont, en effet, simplement été posés sur les pierres constituant les trottoirs à l’époque où l’Avenue était encore ouverte à la circulation !

img_1853.jpg

  • Une fresque longtemps oubliée

La fresque se trouvant à l’entrée du campus (côté avenue Buyl) est en fait une publicité pour la marque de porto Sandeman. Peinte dans les années 50 ou 60, elle a ensuite été totalement oubliée, cachée petit à petit par une végétation grimpante sur le mur. Ce n’est qu’à la fin des années 90 qu’elle a été retrouvée par hasard, lors d’un lavage de la façade.

tumblr_m7rd24xjiu1rzjrvbo1_1280

  • Du provisoire vieux de 45 ans

Le  bâtiment H, lorsqu’il fut construit entre 1968 et 1971, était prévu pour durer 20 ans, le temps d’imaginer un nouveau bâtiment plus prestigieux pour accueillir les facultés de sciences humaines. 45 ans plus tard, elles y sont toujours logées.

  • Sous les pavés le sport

Le parking Janson n’existe que depuis 1994. Pendant près de soixante ans, l’endroit fut occupé par un terrain de sport (football et athlétisme). Une fois détruit, un plus petit terrain fut installé sur l’espace agora. Celui-ci fut à son tour détruit en 2010 pour laisser place à une pelouse.

10336680_501954133237818_6342972587831136837_n

Publicités